Page 1 sur 2

Racontez-nous l'édition 2010 ... Haute-garonne !

MessagePosté: Dim 22 Aoû 2010 14:22
par Fred le géant
Allez ne soyez pas timides et faites nous un beau récit de votre folle et chaude journée en "Hot-garonne" lors de ce rallye au trésor 2010!
:V:

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Lun 23 Aoû 2010 10:27
par ericg
Et alors, pas de volontaire pour faire baver ceux qui n'ont pas pu participer?
Même pas un petit classement?

Eric

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Lun 23 Aoû 2010 10:27
par buggy
Patience, il va être un peu long, mais ca va venir

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Lun 23 Aoû 2010 11:53
par Blue Rabbit
Bon bah preum's

Alors avant toute chose, un grand merci à tout le monde
j'ai été ravie de vous rencontrer
malheureusement je n'ai pas pu faire équipe avec tout le monde
ça m'aurait permis de mieux vous connaitre
le destin en a été autrement, il m'a désigné Hugues et Sloy
(mais a-t'il bien fait ???!!!!)
:P

Et surtout un SUPER Grand merci à l'équipe organisatrice :apla:
merci Fred, merci Titou, merci à tous ceux qui nous ont permis que cette aventure se réalise
(partenaires, affiches, tourisme, etc ...)
merci et bravo pour l'énergie que vous avez dépenser pour nous permettre de passer une super journée comme celle ci
:love: :love: :love: :love: :love: :love:

Quant à moi j'ai une nouvelle fois réussit à me distinguer
en effectuant (fort heureusement) la seule chute de la journée :|
mais bon une vieille chute à l'arrêt sans gravité, un rétro en moins et de gros bleus aux jambes ...

.... d'ailleurs je me demande encore comment en tombant à droite j'ai pu autant m'amocher la jambre gauche ..... :?

mystère ...

Mais je vous rassure, j'ai l'habitude ,
j'ai un rétro de rechange, et en plus le bon côté !!!
:lol:

En tout cas j'ai été ravie de faire ce rallye
(je le répète pour ceux du fond qui ne suivent pas )
j'en ai pris pleins les mirettes de tous ceux beaux paysages
moi qui suis une amoureuse des vieilles pierres,
j'ai été plus que comblées
j'ai vu les montagnes en long en large, de près de loin,
en gros, je ne suis toujours pas redescendue de mon nuage
je suis encore dans le Monde des Bisounours
:love:

Une chose est sûre en tout cas
je resigne l'année prochaine sans problème !!!!
:wink:

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Lun 23 Aoû 2010 12:21
par buggy
Alors voici mon récit, mon aventure, telle que je l'ai vécue dans ma tête à moi. En plusieurs parties pour bien différencier les etapes.
Le 09 Aout, Fred lance l'aventure pour de bon :
Fred le géant a écrit:Important !

à deux semaines du départ voici où va se dérouler le rallye. Par contre je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mon clavier a merdé ! :P

Interdiction de donner la réponse sur le forum pour l'instant. (vous pouvez juste dire "trouvé" si vous voulez.) :wink:

Code: Tout sélectionner
yaqt mqe kjp lwnpeyela wq nwhhua h’wjjaa zanjeana j’kjp lwo xaokej z’wydapan qja jkqrahha ywnpa ieydahej !


:V:

Un petit coup rapide de dcode.fr pour trouver :
CEUX QUI ONT PARTICIPE AU RALLYE L’ANNEE DERNIERE N’ONT PAS BESOIN D’ACHETER UNE NOUVELLE CARTE MICHELIN.

Ne faisant pas attention aux détails(Erreur fatale), et juste jetant un œil à la carte utilisée l’an dernier (qui elle n’avait que l’Ariège), on communique gentiment aux éventuels futurs membres de l’équipe et on récupère un max de docs sur l’Ariège.
Le 13 aout,, on apprend qu'il y a déjà des indices chez les partenaires et qu'il serait bon d'aller les chercher. Impossible pour nous le jour même, ni le samedi, le dimanche c'est fermé, et le lundi la zone Louis Bonin est fermée donc mardi midi je vais faire le tour des partenaires pour trouver ceci:Image
Le 17 aout Avec Remy32, nous clôturons les équipes, Il y en aura deux mais comme on s'entend super bien et qu'on aime rouler ensemble, et bien nous ferons route commune.

Le 19 aout arrive ericg sur le forum qui me met le doute.
ericg a écrit:Pour moi, Fred est assez "tordu" (sans mechanceté!) et chaque mot est important, pourquoi preciser dans l'enigme "la même carte Michelin". Très certainement un piège à ce niveau, la carte doit couvrir plusieurs departements, dont l'Ariege...

Eric

Le 20 aout à midi Fred valide, c'est la Haute-Garonne, Juste le temps de récupérer deux pauvres guides rando du 31 et de rendre ceux sur le 09...

Le 21 Aout
- 06h30 réveil brutal, petit dej léger, une bonne douche, on prépare la sacoche, cartes routières ? OK, guides? OK , carte bleue et chéquier? OK, Boussole appareil photo? OK, un petit pull pour le soir? OK, on est prêts, un coup de graisse sur la chaine, et c'est parti, direction carrefour portet.
- 08h00Les motos commencent à arriver ainsi que Fred. Distribution des enveloppes, explications, on fait les pleins, relevés des compteurs et de la monnaie, un petit café.
ImageImage

On peut ouvrir les enveloppes.
ImageImageImageImageImageImageImageImage
- 08h30 Les deux anagrammes sont déchiffrés quasi immédiatement, Nous aurons donc à passer par Rieumes et Auterive. La Halle de Rieumes est aussi reconnue sans aide.
Après coup de fil à un ami qui a accès à internet, nous pensons avoir aussi les 5 villes photos restantes :
  • Saint Frajou
  • Boulogne sur Gesse
  • Montesquieux Volvestre
  • portet D'aspet
  • Saint Bertrand de Comminges
- 09h30 Un petit road rapide et nous décidons de partir en direction de Rieumes, nous finirons par Auterive.
- 10h00 30 kilomètres plus tard, nous voici à Rieumes, petite photo de contrôle, on retrouve l'indice (qui me parle déjà bien au niveau du décodage, il faudra garder uniquement la couleur qui correspond au symbole ) Mais nous avons deux lettres, Tet H, l'est tordu le fred, il aurait fait un truc du genre en anglais TH ca fait z? the ze, on verra après, on décodera tout ça c'est sur .
Par contre, rien concernant Titou, légère inquiétude, y aurait il un autre indice à trouver? On cherche un peu, petit dej dans un café, une petite prune pour tasser le café et on reprend la route pour Saint Frajou, on verra là-bas pour Titou.
ImageImage
- 11h00 Re 30 km plus loin, nous voici en plein centre de Saint Frajou,
Code: Tout sélectionner
L’origine de ce village remonte à Fragulphe, martyr des sarrasins au huitième siècle, vaincu et décapité à l’âge de vingt ans. La légende prétend que sa tête roula jusqu’à une pierre où trois gouttes de sang restent ineffaçables. De cet endroit jaillit une source réputée pour ses vertus miraculeuses et curatives.

Nous tombons sur l'indice de suite Image. Ce coup-ci, seule la lettre "G" correspond, il n'y a donc qu'une lettre, on reprend l'indice de Rieumes et constatant l'écart d'orientation, décidons que c'est le "T" qui va bien.
Pour ce qui est de Titou, un coup d'oeil sur la carte. Il y a plusieurs villes à 13,2 km d'ici mais Aurignac est pile à cette distance et il y a un donjon, lieu idéal pour poser un Titou apeuré.L'indice étant quand même faible, nous attendrons d'en savoir plus pour confirmer

Nous sommes aussi accostés par une Fragulphienne qui avait prévu de descendre remplir des bouteilles à la source. Elle nous propose de nous y conduire. Nous la suivons donc. Descente périlleuse, route très pentue sur des graviers, ça dérape, ca couine, on sort les pieds au cas ou ca glisserait un peu trop. Et vision de la source, remplissage de bouteilles, photo contrôle Image. La gentille Fragulphienne nous propose d'emprunter des chemins de terre pour rejoindre la route pour Boulogne plus rapidement. Nous acceptons et faisons passer une harley et une haya par de petits gués boueux :)
- 11h40, Une vingtaine de kilomètres plus tard, nous voici à Boulogne-sur-Gesse
Code: Tout sélectionner
Nichée au cœur de la Gascogne, voisine du Gers et des Hautes Pyrénées, cette ville aux deux blasons est une ancienne bastide fondée au 13ème siècle. C’est sur ce viaduc à 8 arches que passait la ligne ferroviaire vendant de Toulouse entre 1901 et le 31/12/1949.
Nous suivons les panneaux indiquant le restaurant des Arches. Nous garons sur le grand parking sans encore avoir vus les arches, elles sont cachées derrière les arbres. Nous sommes du mauvais coté pour la photo mais une petite marche nous fera du bien.Image
Photo de contrôle et découverte de l'indice.
ImageImageImage Pour le code, ce coup-ci ce filou de Fred a mis plusieurs fois la même couleur, mais une seule correspond au bon symbole, nous gardons donc le "S".
En plaçant la ligne de séparation des eaux,nous confirmons qu'Aurignac est bien dans la ligne... Nous allons nous en éloigner mais ne sommes pas encore sur, trop grand risque, attendons la suite des indices

- 12h30 Il commence à faire faim, nous décidons que nous mangerons à Saint Bertrand de Comminges. Une quarantaine de kilomètres plus loin, nous posons les motos sur le parking face au petit train (il partira dans un quart d'heure) et profitons de la vue sur cette énorme cathédrale. Arrivent juste après nous les "carbufélés", tentative d'échange sur le kilométrage de chacun, la route empruntée...
Code: Tout sélectionner
Si vous visitez pour la première fois cette cathédrale, vous serez sans doute surpris d’y trouver, fixé sur le mur de la nef par des anneaux de fer… un crocodile naturalisé !
ImageImageImageImage. Ce coup-ci, Fred nous donne l'ordre des lettres.
Rien sur Titou mais il va nous falloir trouver un château Fort dans le coin pour découvrir de nouveaux indices.

Nous regardons la route qui reste à faire et sommes gênés par le passage à portet d'aspet puis aurignac pour aller à montesquieu. Un controle sur les pages jaunes d'internet nous indique que le café francais est à Aspet et pas à Portet d'Aspet. Road modifié, kilométrage plus que correct, c'est tout bon, on peut y aller...
- 15h00 On part à la recherche du château Fort. La carte indique un château de l'autre côté de la Garonne.
la suite au prochain post...

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Lun 23 Aoû 2010 14:15
par Fred le géant
Chouettes récits ! il me tarde d'en lire plus ! :D

Je ne connaissait pas le site Dcode.fr mais maintenant que c'est chose faire, je peux vous assurer que les prochains codes n'y figureront pas ! :evil:

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Lun 23 Aoû 2010 14:20
par ericg
Miam, la suite! :bave:

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Lun 23 Aoû 2010 14:44
par Titou
De l’arst et la masnière d’occuper une journée dans unst donjon.

:non: Lecteurs, vous le connoissez, chaque année vostre serviteur se retrouve dans un lieu aussi insolite que dépourvu du moindre confort moderne.

Ayant été initié en 1532 aux arts obscurs de la psychologie à la grande Université médiévale du Duc D’Ambroisie, je puis assurément vous l’annoncer : nostre webmestre est atteint du syndrome Pervertus Motardus. Cettui-ci éprouve moult jouissance à envoyer de pauvres chevaliers par 50° à l’ombre pour y quester indices, codes secrets et le maître des énigmes. :sif:

En cet an de grâce 1648, me voilà donc dans un donjon à l’architecture aussi tourmentée que les méandres labyrinthiques d’un jeune cortex pré-pubère réclamant corps et âme un scooter à ses aïeux.

Mortel constat que de n’ouïr le moindre oisouille aux aslentours. Même les vautours malades n’osent poser leurs pâles silhouettes sur le dôme maudit ! :poule:

Accaparant ma vue à la lueur des candélabres faiblards :cit: , me voilà haletant dans le cœur de l’ouvrage. Poussière et ossements sont mes seuls compagnons pour l’instant. :crane: Il est fort à parier que les douves m’attendent si ma gourdasse se vide.

Las, comme chaque an, j’apprends à mes dépends que l’écran solaire ne sera inventé que dans 3 siècles et qu’en ces oubliettes je ne trouverai nulle chasse d’eau salvatrice pour mes méchantes husmeurs qui par mes reins sévissent ! :bave:

Morte c… m’exclamais-je, maudissant ce bâti aux recoins insoumis.
Par sang bleu si je ne m’abuse, encore une heure ou deux pour que ma corne m’use !

Aux chevaliers, chevalières, fi de la douleur, la victoire fut la mienne quand le soir fut la leur… :D

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Lun 23 Aoû 2010 15:20
par Casou
excellent ces récits... on revit cette journée :apla:

Re: Suite, Ou comment qu'il est tordu ce Fred...

MessagePosté: Lun 23 Aoû 2010 16:25
par buggy
- 15h00 Nous partons donc à la recherche de ce fameux Château fort avec pont Levis. Direction Labroquère (juste à coté donc). Arrivé au bout du village, nous nous arretons perplexes, aucune indication d'aucune sorte. Sur la carte, un chateau est indiqué mais aucune route n'y mène. Nous demandons donc à un Labroquerois qui nous indique le chemin du chateau, pas loin derrière chez lui. Le tour complet de labroquère ne nous aura pas permis de le trouver. Relisant l'indice, nous nous disons que c'est sur la route. Que donc nous n'y sommes pas, qu'il est avant. Nous revenons donc sur nos pas. En chemin, nous recroisons les carbufélés (me semble t'il me peut être me trompes-je et si c'est le cas, merci de me corriger, je corrigerai) stationnés devant la boulangerie. Nous lançons un "vous l'avez trouvé ce château" et obtenons un "Bin non, on le trouve pas, il est pas là" en retour. Nous retournons donc vers Valcabrère. Ne trouvant rien, nous demandons à une Valcabréroise qui, bien que pleine de bonne volonté ne nous aide pas beaucoup. Elle nous invite à remplir nos bouteilles chez elle.
- 16h00 Là, son père nous indique qu'il y avait, avant, un pont-levis au niveau du "chateau du fantome", (une vieille tour en rénovation à la sortie du village). Ni une ni deux, nous allons voire à pieds mais rien, aucun indice, pas un bout de papier, rien.
En revenant, aux motos, l'équipe qui était restée pour les surveiller a arrété les gendarmes pour leur demander un coup de main. Ils nous indiquent le château, à Labroquère et vont nous y conduire, nous n'avons plus qu'à les suivre parce que de la route, on ne le voit pas, pas plus que depuis la Garonne.
Image
Nous les suivons donc, retraversant Valcabrère puis Labroquère jusqu'à arriver sur un espace ombragé ou se garent les gendarmes. Ils nous indiquent que le château est au bout du chemin mais que ce chemin est privé, que le propriétaire est en vacances à cuba et qu'ils ne peuvent pas nous laisser entrer.
L'un des deux sort du coffre du Kangou le classeur avec toutes leurs cartes. Cherche, se gratte la tête et rien, il nous indique ainsi qu'à son collègue qu'il y avait bien des châteaux dans le coin mais qu'ils n'était pas forcément sur cette route. Mais que peut-être qu'en face des ruines en bas de Saint Bertrand il y avait des ruines romaines mais aussi un château fort.
- 17h00 Le collègue, commençant à comprendre le Fred, nous demande si par hasard ce ne pourrait pas être un " château gonflable proche des canoës" ou que Fred aurait laissé un "Château playmobil sur la route". Ils partent, nous indiquant qu'ils nous attendent devant les ruines. Nous reprenons donc la route pour St Bertrand. Arrivant devant la boulangerie, nous voyons sortir en trombe la boulangère, elle crie, agite les bras, visiblement elle veut nous parler.
Nous nous arrêtons, Elle nous dit que ca fait deux heures que l'on passe devant chez elle et qu'on aurait du s'arrêter. Que le château y est. Nous la remercions chaleureusement, photographions le château fort sous toutes les coutures ("effectivement les indices étaient capitaux"). Image. Nous avons donc deux lettres supplémentaires pour le coffre au trésor. A & C correctement placées. Nous avons aussi la confirmation pour Titou, tout va bien.
Nous maudissons allègrement Fred et repartons tranquillement direction Aspet. Nous n'avons pas pris le temps et les kilomètres pour remercier et prévenir les gendarmes. il est déjà tard.
- 17h30 Arrivée à Aspet,
Code: Tout sélectionner
C’est à la descente du col du même nom que ce village que le cycliste Fabio Casartelli trouva la mort pendant le tour de France 1995.

Fred aurait du écrire "du presque même nom" mais nous ne lui en tiendrons pas rigueur puisque nous ne sommes pas montés à Portet D'Aspet. Nous tombons sur la fontaine de suite, et trouvons aussi l'indice sur la pharmacie. Un petit arrêt au café pour se rafraichir et réfléchir un peu au code.ImageImageImage
Nous avons trouvé un "O" en plus de celles déjà trouvées. Plus que deux lettres et ce sera bon. Et Titou nous attends au Donjon d'Aurignac, comme nous le pensions depuis St Frajou. Tout baigne mais il ne va pas falloir trainer.
- 18h00 Arrivé à Aurignac, nous nous arrêtons devant le donjon.
ImageImageImage
La Chouette Epique passera en premier devant Titou, nous passerons après. En montant j'ai aperçu les franchouillards avec une pompe à main sur le parking, je descend voir s'ils n'ont besoin de rien. Il leur manque encore deux étapes (comme nous) et une des motos a une crevaison lente mais ils sont confiants. Nous passons devant Titou, Photo Rigolote demandée, nous montrons nos culs, La cire chaude de bougie coule sur nos corps nus (n'insistez pas vous n'aurez pas la photo originale). 4 énigmes résolues sans trop de difficultés.
  • une énigme graphique avec en colonne un M, un coeur posé sur un trait horizontal, un 8, il faut trouver le symbole suivant
  • combien y a t'il de mois ayant 30 jours dans l'année?
  • On me pose sur la table, me coupe, me sert, mais jamais ne me mange ni me bois, qui suis-je
  • avant hier, manon avait 17 ans. L'an prochain elle aura 20 ans, comment est-ce possible?
Nous obtenons donc 4 informations sur l'arrivée. Le code postal, un anagramme de MONTAUT, des infos sur le nombre d'habitants et le fait que 6 villes portent le même nom dans 6 départements. Nous irons donc manger à Montaut 31410.
- 19h30 Nous partons pour Montesquieu Volvestre,
Code: Tout sélectionner
Cette église fortifiée du 13e siècle du Volvestre se distingue par son clocher polygonal à 16 pans. Effet d’illusion, on le croirait volontiers ovale.
35 kilomètres de départementale nous mènent devant cette église. Le soleil commence à descendre, Les gens commencent à manger. Un tour de la halle pour trouver les indices, une petite photo souvenir et nous repartons.
Image Image Image Image Image Il ne nous manque qu'une lettre pour le code puisque nous avons maintenant un "B" supplémentaire.
- 20h30 Arrivée à Auterive. Nous commençons à être un peu fatigués, il commence à faire un peu nuit :). Nous nous garons devant le cinéma et demandons a des Auterivains ou se trouve le lieu de notre dernière photo. C'est de l'autre coté du pont. Nous y allons à pieds. On pose les affaires dans l'herbe, prenons notre photo souvenir, et partons à la recherche du dernier indice. Certains en ont assez et veulent rentrer sans, d'autres plus efficaces vont le trouver.
ImageImageNous avons le code au complet, un "M" qui nous permettra peut-être d'ouvrir le coffre.
Nous récupérons nos affaires et retournons aux motos.
Et là, c'est le drame personnel, mon sac de sable ne sait pas ou sont ses gants, elle les avait avant la photo, c'est sur. N'ayant plus trop le temps de nous amuser, nous partons à moto sur le lieu de la photo, un petit tour sur le pont dès fois qu'ils soient tombés, on refait le match, mais rien, quelqu'un a du les ramasser, tant pis pour elle, elle aura froid aux mains (bon je lui propose quand même les miens mais elle refuse en acceptant mes poches de blouson).
- 21h45 Arrivée à Montaut, Fred, attend devant la porte de la salle des fêtes, nous sommes enfin arrivés. On relève les compteurs, on décharge les photos et Fred valide les points de contrôle, on picole et on mange. Crevés, les pieds qui puent, mais heureux de cette journée.

- 22h30 Fred annonce le classement, les Quadricolors seront derniers à cause d'une pénalité de 10km prise chez Titou contre un indice supplémentaire.(ils recevront bien leur botte de poireaux). Viennent ensuite les carbufélés, En quatrième place nous trouvons la Chouette Epique, nous arrivons en troisième position devancés par les Franchouillards et enfin grands vainqueurs, les Touristes.. Le coffre est ouvert, on peut attaquer le dessert et le café.
ImageImageImage
- 23h00 passées Titou nous annonce que l'on a gagné l'épreuve de la photo avec le maître mais qu'il n'a qu'un lot pour toute l'équipe. Notre galanterie nous fait pointer laeti mais au regard malicieux de Titou, je préfère me dévouer pour le récupérer. On aurait pu la laisser y aller, nous avons donc gagné une paire de tongs au logo du brésil portées une seule fois par notre grand maître.
- 00h20 Nous décollons pour retourner au bercail. Sur la route ma réserve s'allume, l'er6n a fait 300 bornes sans refaire le plein, ca lui était jamais arrivé. on fait le plein à Labarthe sur lèze, et retour sur Toulouse plein gaz. Accompagnés de la Harley, de l'Haya et du VSTROM qui arsouillent, on nous entends de loin. Arrivée sur le rond point de labarthe, les motos se séparent à coup de klaxons, warnings et coups de rupteurs. La police organisait un barrage sur ce rond-point mais contrôlaient déjà des véhicules. Étant déjà occupés, ils nous ont juste regardé passer ... :chut:
- 01h00 Arrivés à l'appart, on décharge, se pose, une petite douche et hop, au lit, ravis de cette journée.
- 09h00 Réveil assez matinal, et petite pensée :" C'était super bien hein, dommage qu'il n'y en ai qu'un par an....." puis "aujourd'hui on va profiter de la piscine ok?" et enfin "vivement l'an prochain qu'on remette ça"

Et voici mon récit. Surement aléatoire au niveau des horaires avec quelques fautes d'orthographes.
Encore une fois, Merci à Fred, Titou et Flo pour cette organisation du tonnerre.
Merci a mes équipes pour ce bon moment.
Merci particulier à rémy32 qui nous a guidés tout au long de cette journée sacrifiant son kilométrage (du a ses erreurs et pour ceux qui ne verraient pas pourquoi, comme il l'explique si bien, quand on suit, si on le voit s'arrêter, on s'arrête avant et on fait donc moins de bornes :) )
Merci à tous pour cette journée réussie.
Et Bravo, il faut réussir à garder cette bonne ambiance au fil des années.

PS: pour ceux qui ne l'aurait pas vu, les photos sont cliquables (Ctrl + click pour ouvrir à coté) et surtout appartiennent toutes à un album qui est normalement consultable en entier (en cliquant sur View All lorsque vous êtes sur une photo). :V:

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Lun 23 Aoû 2010 18:49
par Fred le géant
Excellent récit! vraiment super, merci! :apla:

LE CLASSEMENT :

- 1er : les Touristes - 282km
- 2e : les Franchouillards - 285km
- 3e : l'équip'airgagne - 285,5km
- 4e : la chouette épique - 286,6km
- 5e : les Carbufélés - 295,5km
- 6e : les Quadricolors - 287km + 10km de pénalité = 297km
:V:

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Mar 24 Aoû 2010 17:07
par Rémy32
Ben mon récit à moi sera court pour deux raisons essentielles :
1) j'ai roulé avec Buggy et il a tout raconté ;
2) comme il a déjà tout dit et que je suis un gros fainéant, ben je ferai donc light ! :lol:

Edit : ben c'est plus long que prévu, finalement une fois dans le truc on a du mal à faire light... :o

Mais je remonterai toutefois un peu plus dans le temps que Buggy :

Ça commence par un souci de dates : le beau-frère a le mauvais goût de fêter ses 50 balais (comme si on pouvait fêter un truc pareil ! :reg: ) un 28 août, pile le jour prévu du Rallye, et accessoirement précisément son jour anniversaire... :oula:
Ayant fait part de mon désarroi à Fred, il met gentiment en ligne un vote nous donnant le choix dans la date :P , et le résultat décale le tout d'une semaine. Ouf !
Dommage collatéral, du coup ce sera Ericg qui sera privé de rallye, et ça je ne l'avais pas voulu... Désolé Eric ! La majorité hélas ne peut arranger tout le monde...

Bref, ça fait quand-même une semaine plus tôt, et en période de congés ça va être coton de monter les équipes. Nous restons dans l'incertitude jusqu'à l'avant-veille du grand jour et pourrons finalement inscrire 2 équipes là où nous en avions rassemblé 4 l'année précédente... Mais ça nous aura donné l'occasion de faire quelques "touches" supplémentaires qui devraient nous permettre d'aligner beaucoup plus de monde l'année prochaine !

Durant cette dernière semaine de préparation Fred nous publie un charabia tordu sensé nous informer sur le terrain de jeu choisi. Nous voilà déjà dans l'ambiance ! Pas eu besoin du recours à la béquille d'un quelconque site de décodage, au bout de 10 minutes j'avais appris que je n'aurai pas besoin non plus de changer de carte routière... Un seul truc me chagrinait vaguement : ça cause de Michelin, et j'avais bossé avec de l'IGN... Connaissant l'animal, un léger malaise continuait à planer.

Là-dessus, Ericg attire astucieusement notre attention à tous sur cette précision concernant le gros bonhomme pneumatique, ce qui cristallise le malaise sus-cité : je me précipite chez mon voisin, et bingo ! Je retourne à la maison perturber Anne-Marie en pleine révision des docs Arriégeoises... Ce sera la Haute-Garonne !
Une fois ceci précisé, j'arrive à trouver le temps de faire le tour de Toulouse et des affiches (la veille du rallye, il était temps) afin de photographier les indices...

Répartition finale des motos entre les équipes, recomposition de l'Equip'Airgagne avec la recette qui avait si bien marché l'année précédente, l'association Hayabusa-Harley-Davidson ayant super bien fonctionné l'an dernier, et vu que sur les 2 équipes nous rassemblons 6 motos, on décide que nous roulerons de conserve ce sera plus cool entre gens de bonne compagnie, même si ça risque de plomber la moyenne générale (confirmé !).

Chute du lit dans un petit matin blême, même la douche a du mal à nous réveiller, une tartine sur le pouce, bottesblousonscasquesgants, contact, vroum et... Téléphone ! Fred en panique (oui je sais c'est pas son genre mais ça fait mieux dans la narration :P ) ne retrouve plus le sucre pour le café du briefing !

Béquillage, exploration rapide des placards : 3 morceaux qui se battent en duel au fond de la boîte - Tiens, faudra faire des courses bientôt ! - finalement il trouvera une autre solution, ouf !

Rendez-vous 7h30, en comptant le 1/4 d'heure Toulousain et le 1/4 d'heure supplémentaire propre à Fred, nous somme à l'heure à 8h00 à Portet, et même en avance : il est moins dix ! :D

Bonjours, bises, derniers potins interrompus parfois par des bruits mécaniques divers et variés (il y a un monde auditif entre la Harley de Bruno et la Benelli de Sloy, il faut bien le reconnaître !), briefing, enveloppes, cogitages et réfléchissement divers (se reporter à l'excellent compte-rendu de Buggy pour les détails) et j'emmène la petite troupe à l'assaut du bitume vers Rieumes !

A partir de ce moment-là, je n'ai plus rien vu, plus rien entendu, hypnotisé par les phares des copains dans les rétros ('Tain les mecs, quand y'a SdS, y'a réglages de phares, merd' !) le tout directement relié à la poignée de droite pour éviter de perdre du monde trop rapidement... J'avais repéré le raccourci qui tue, j'enfile la sortie de rond-point qui va bien... Et je me retrouve tout seul avec Anne-Marie ! Les autres sont restés plantés sous le panneau "Rieumes" indiquant la sortie précédente ! Je les rejoins, préférant rester coi pour le moment et laisser passer l'agacement, mais je me suis fait un plaisir arrivé à Rieumes de leur expliquer, carte à l'appui, qu'il eût été préférable de me suivre, nous faisant ainsi économiser au moins 2 ou 3 kilomètres plutôt que de rester sur une grosse départementale moins directe et mieux radariséé... Et que je préfère voir toute une équipe rester soudée dans une hypothétique erreur plutôt que de se décomposer au premier carrefour ! Ce fut le seul accroc de la journée.

Bon, Rieumes, fontaine, photos, terrasse de café accueillante, allons cogiter encore un peu sur les indices, et un ch'tit café supplémentaire ne fera pas de mal !
Bon, le souci c'est que nous formons une bande extrêmement sympathique et attachante, ce qui peut attirer parfois des déboires. Par exemple, le cafetier, séduit par notre charisme, nous offre un godet d'Armagnac (Calva ? Cognac ? pas bien su reconnaître à c't'heure) à chacun ! Bon, faut pas décevoir, nous osons donc affronter les regards furieusement inquiets de nos passagères en vidant les (gros) dés à coudre. Aouch ! à 10 heures du mat', ça secoue ! L'effet du café est bien gommé avec un tel traitement !

Un peu mieux réveillés, on se remet en selle pour Saint Frajou. Road direct, sans histoire, arrivée sur une petite placette ombragée, l'habituel éparpillement pour quête d'indice est fructueusement bref et nous laisse le temps d'engager la conversation avec une habitante curieuse de notre comportement inhabituel.
A la vue de la photo de la source-fontaine, elle nous invite à la suivre : elle y allait justement remplir ses bouteilles...

Nous voilà en convoi derrière son break sur une minuscule route dévalant la colline, dont une certaine épingle en dévers gravillonné donne des sueurs froides à Pascal avec son Haya (ça braque pas, ces tanks...), jusqu'à cette jolie source enchâssée dans un cadre fort bucolique.

Séance photos, complément des gourdes, la dame nous donne une de ses bouteilles en supplément et son e-mail pour que nous lui fassions parvenir quelques images (elle a tenu à poser avec nous). Puis, ayant saisi le principe kilométrique du rallye, elle nous propose de la suivre sur la petite piste empierrée qui continue et rejoint notre route à travers champs en nous évitant un détour. Coup d'oeil interrogateur vers la Harley et l'Haya, acquiescement général et hop ! Voici l'équipage traversant champs de tournesols et prairies en quête d'un peu de bitume ! La largeur des pneus des deux grosses machine leur fait survoler gué boueux et autres amas de gravier sans trop d'écarts, les trails et routières suivent à distance (la boue, ça vole !) et nous prenons chaleureusement congé de la brave dame une fois parvenus sans encombre sur l'asphalte. Cap sur Boulogne sur Gesse !

A l'approche de Boulogne, j'avise un panneau publicitaire "A l'Auberge des Arches" sur fond de pont en briquettes. Je surprend un peu passagère et coéquipiers en tournant à la sauvage (marre de faire des demi-tours pendant qu'ils se contentent d'attendre que je repasse devant eux !) et nous découvrons enfin cet ex-pont de chemin de fer planqué derrière les arbres tout au fond d'un grand parking. Traversée du ru pour trouver le bon profil de l'édifice, on se doute que Fred ne nous aura pas facilité la tâche donc nous grimpons directement au sommet du pont pour y trouver la fiche-indice, puis pause-cogitation pour faire la synthèse de nos découvertes et conforter nos hypothèses de départ.

Saint Bertrand de Comminges nous paraît tout indiqué pour la pause-repas. En y arrivant, nous y découvrons le petit train qui nous attend, puis nous sommes rejoints par les Carbufélés qui avaient pris le circuit dans l'autre sens. Titou ? Kilométrage ? Nous n'en saurons pas plus...

Une petite crêperie nous offre le refuge de sa terrasse ombragée, la volée de (gros) moineaux s'abat sur toutes les places libres, bière fraîche, crêpes z'et galettes, ça fait du bien !
Indice, photos, tentative de conversation avortée avec un croco empaillé (il avait l'air en petite forme, l'animal... La fraîcheur de la cathédrale, sûrement...) et nous voici partis à l'assaut du Château de Labroquère ! Nous n'imaginions pas que son siège serait si long !

Premier passage devant une boulangerie (on n'aurait pas dû manger avant, j'y aurais bien pris une chocolatine, moi, me dis-je en passant) pour monter au sommet de la cité (un château, instinctivement, on le cherche en situation dominante, non ?)... Rien ! Enquête de proximité sans succès, examen approfondi des cartes et guides : tiens, y'a un gros pavé, là, en bord de Garonne... On va voir, on repasse devant la boulangerie en face de laquelle une motarde des carbufélés nous fait part de leurs doutes "ben on a cherché, c'est pas dans le coin..." et on explore vainement les bords de Garonne. Décision de pousser un peu plus loin (en repassant une troisième fois devant cette p... de b... de m... de boulangerie (vais finir par m'y arrêter, moi, ça finit par me creuser, ces allez-retours...), on se pose sur une placette ombragée de Valcabrère pour faire le point sur ce foutu château... Une gentille dame, portant quelques tranches de melon emballées dans du papier d'alu s'arrête pour nous demander ce qu'on peut bien chercher. Explications, moue dubitative, un coup de melon aluminisé "par là je ne vois pas", un autre coup dans l'autre sens "par ici y'a rien non plus", puis elle nous propose du Panaché, de l'eau, enfin quelque-chose, quoi, vous n'allez pas rester comme ça dans cette chaleur !
Deux d'entre nous la suivent chez elle pour emplir à nouveau nos gourdes et bouteilles, tombent sur son père qui semble se souvenir d'une vieille histoire de pont-levis sur la tour voisine... Envoi d'éclaireurs à pied, qui reviennent bredouilles.
Au même moment, Domi voit arriver une Kangoo de la Gendarmerie Nationale qui s'arrête à la vue d'un paquet de motards garés à la diable sur une placette. Avant qu'ils aient eu le temps d'imaginer effectuer un contrôle général ou autre turpitude motardicide, elle monte à l'assaut et leur explique, une fois collée à leur portière, le sujet de nos préoccupations. Tout d'abord un peu guindés dans leurs uniformes, visiblement dans l'expectative devant cet assaut, ils commencent au fil des explications à oublier doucement l'uniforme, ils s'intéressent, interrogent, se concertent... L'un d'entre eux suggère un site privé, là, un peu plus loin, qui pourrait correspondre, et son collègue propose de nous y guider.

Et nous voilà repartis en convoi derrière la Kangoo bleue (ils avaient oublié le gyrophare, dommage...), après avoir eu soin de placer la Harley et ses échappements libres en fin de peloton, immédiatement derrière l'Hayabusa et ses pots déchicanés. Ils étaient sympas, mais nous ne sommes pas forcément joueurs tout le temps !

Un petit trajet de quelques kilomètres - tiens, j'ai déjà vu cette boulangerie ! - et nous nous retrouvons en pleine campagne, garés en vrac dans une jolie clairière autour de la kangoo, observés placidement par une paire de chevaux derrière leur clôture électrifiée. Effectivement, le site est privé et inaccessible. Les gendarmes descendent, se mettent à l'aise pour réfléchir avec nous, allument un clope. L'un d'entre eux va vers le coffre pour ouvrir leurs cartes pendant que l'autre, rigolard et ayant cerné le Fred à la suite de nos explications nous lance une boutade "Et il aurait pas pu planquer quelque-part un château Playmobil, votre copain, là ?"... Nous rigolons, en lui confirmant qu'il en serait bien capable, l'animal...
Pendant ce temps, son collègue continuait à cogiter et demande soudain à son équipier s'il n'y aurait pas eu, à une lointaine époque, un château en face des ruine romaines en bas de St Bertrand. L'autre acquiesce, en supposant qu'il fallait peut-être passer par l'endroit ayant connu jadis un pont-levis, pour parvenir à l'ancien emplacement d'une cour intérieure, recelant peut-être un indice, quelque-part dans l'herbe ayant tout envahi depuis...

Séduits par cette idée assez saugrenue pour avoir germé dans un esprit Fredien, nous applaudissons, eux nous disent être assez travaillés par cette énigme pour en avoir le coeur net. Ils remontent en voiture et nous donnent rendez-vous sur place.

Blousonscasquesgants, et nous partons à notre tour.
Je repasse devant la boulangerie, tourne après la traversée de la Garonne, et constate qu'il n'y a plus personne derrière moi ! J'attends, je coupe le moteur, j'attends... Au moment où je me prépare à redémarrer pour retourner chercher l'équipe, mon portable se manifeste : Buggy me fait part de la découverte du château, sous forme d'une maquette en carton, DANS l'omniprésente boulangerie !!!
Ben là je dois vous le confier : le mélange rage-frustration-vexation-hilarité fabrique un curieux résultat dans une cervelle surchauffée sous le casque... C'est vraiment très particulier à surmonter...

Passons les détails, nous avons perdu deux heures et pas mal de kilomètres sur ce coup-là, va falloir avionner pour tenter de se rattraper ! Gaz sur Aspet ! En passant, Fred, le village du même nom que le col de Portet d'Aspet, c'est Portet d'Aspet, de l'autre côté du col de Portet d'Aspet... Je t'ai connu plus précis ! :evil:
Heureusement, un p'tit contact sur les pages jaunes suite à l'appel à un ami nous aiguille sur Aspet et son hôtel...

Fontaine, photos, rafraîchissements et nous nous disons que c'est le bon moment au vu des indices d'aller réveiller Titou dans son donjon.
La Chouette Epique passe à la question en premier, je me bouffe les doigts en découvrant les réponses aux énigmes, les ayant toutes déjà croisées au moins une fois au cours de ma misérable existence et nous ne décrochons qu'un seul indice. Mais c'est le bon : un cap et une distance nous confirment notre intuition du départ quant au lieu de rendez-vous du soir. Nous attendons l'Equip'Airgagne, peu inquiets sur les performances de Buggy devant le Grant Inquisiteur, et effectivement il revient avec la collection complète des indices (m'énerve ce mec !) qui verrouille définitivement nos hypothèses. Nous ne comprenons pas pourquoi Bruno revient le dos couvert de bougie fondue, toute l'équipe élude nos questions d'un air gêné, que s'est-il vraiment passé avec Titou dans ce donjon, qui fut vraiment questionné, nous ne le saurons peut-être jamais et il s'agit certainement d'un de ces grands mystères qui jalonnent l'histoire humaine, particulièrement au Moyen Age...

Ne nous attardons pas, le temps passe, nous arrivons à Montesquieu Volvestre, baignée par le soleil couchant sur les briques roses. C'est magnifique mais nous ne ferons qu'y passer rapidement, photos, indices et direction illico sur Auterive, où le premier cafetier interrogé nous envoie directement sur le pont à photographier. Bon, là il fait carrément nuit, la photo n'est pas terrible, Laeti ne retrouve plus se gants, l'indice, lui, est retrouvé in extremis à perpète, nous sommes tous fatigués, c'est le début de la bérézina...

Allez, gaz sur la bouffe !
Oui, enfin, gaz... Faut le dire vite...
J'ouvre la route en duo. J'avais réglé au pif la hauteur des phares en conséquence, résultat le superbe éclairage de la Chouette illumine le bitume à 20 mètres devant, en plein phares... La Harley n'éclaire pas grand-chose, les autres duos n'ont rien réglé et balisent donc les voies aériennes (personne n'a entendu parler d'un crash, au fait ?), seule l'Haya arrive à percer l'obscurité à peu prés correctement. Résultat : rouler au-dessus de 70 devient risqué et ces éclairages fantaisistes perturbent les lapins. Nous faucherons ainsi trois de ces pôvres bêêêtes... Commentaire de La Buse : "Bah, je pensais pas, mais c'est mou, un lapin !"...Score 2 à 1 en faveur du faucon sur la chouette (Haya sur Strom).
Pour tout arranger, la Transalp ne tourne plus que sur un seul cylindre et son éclairage devient aléatoire.

Le trajet le plus court de la journée devient ainsi celui que nous aurons mis le plus de temps à parcourir !

Inquiétude en arrivant enfin sur Montaut, épuisés, dans l'obscurité : l'an dernier nous avions galéré pour trouver la salle des fêtes... Qu'en sera-t-il cette année ?
L'inquiétude sera de courte durée : à l'abord de la rue principale, une gigantesque silhouette surveille notre approche : Fred est là qui nous accueille, nous sommes arrivés !

Nous quittons nos armures, nous aérons les dessous de bras, certains larguent leurs bottes, bref décontraction tous azimuts... Ça fait du bien ! Quelqu'un me tend une bière, d'autres se ruent sur le Coca, Fred fait la tournée des compteurs, on entend arriver Sloy et sa bande, tous sont à bon port...

Déchargement des photos, échange d'informations avec Fred, Buggy lui explique son cheminement intellectuel sur les codes-couleur, dans leur dos les salades et victuailles diverses sont emportées vers la salle, il y a plein d'allées et venues, c'est vivant...

Repas, rires, échanges (volontaires ou non...), commentaires divers, des salades absolument sublimes d'inventivité, bonne soirée ponctuée par les discours de Fred, distribution des prix (Ah ? les premiers ont gagné des bouteilles du vin que nous avons goûté à table... bon, on ne sera pas jaloux :lol: ), surprenante ouverture du coffre (sont trop forts, ceux-là ! Madame Soleil devait être de leur côté...), remise du Poireau d'honneur reçu par un Sloy toujours aussi beau joueur, remise de l'Auguste Tatane du Maître des Énigmes, la soirée s'étire, les yeux se tirent, nous décidons de ... prendre congé.

Retour derrière Bruno et sa Dyna à échappement libre et La Buse sans chicanes : les villages traversés nous sentent passer jusqu'au tréfonds de leur moelle !
A Labarthe, aux abords d'un rond-point, La Buse nous dit au revoir d'un grand coup de rupteur souligné du klaxon, Bruno répond de même depuis la Harley, Buggy et moi nous contentons du simple avertisseur et d'appels de phares. Et en traversant ce rond-point, les gendarmes éberlués voient s'éparpiller dans toutes les directions des mécaniques fantômes rugissantes et décident de passer finalement outre en retournant à leurs contrôles d'alcoolémie... 5 kilomètres plus tard j'en étouffais encore de rire dans mon casque !

Arrivée sur Toulouse, Bruno attrape la bretelle du périph intérieur à plus de 120 (limité 70 ? 'Port'nawak !), je me dis que si sa Harley passe je peux suivre malgré les signaux de mon régulateur de vitesse (j'ai des bleus dans les côtes, les cuisses mâchées et le casque bosselé depuis) assis derrière moi et Buggy décide qu'il sortira à la prochaine et qu'il n'a donc pas besoin d'essayer de nous sucer la roue...

Arrivée sans encombre, gros dodo jusqu'à 7 heures du mat' quand les petits nous sautent sur le ventre pour nous dire bonjour... Tiens, j'en avais pas encore là, des bleus... Désormais la lacune est comblée !

Au petit déj', nous passons en revue cette journée magnifique, et nous nous promettons une fois de plus de nous aligner l'année prochaine. C'est vraiment, décidément, définitivement un truc à ne pas louper, sous aucun prétexte ! Merci Fred, merci Titou et surtout ne changez rien à la philosophie du bazar !

Juste un regret : je n'ai pas pu faire la bise à flo... :o

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Mer 25 Aoû 2010 16:36
par Rémy32
Ayé, j'ai fini de raconter !!!
La prochaine fois, je m'adresse à un éditeur, avec une belle reliure ça pourrait être commercialisé ! :lol:

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Jeu 26 Aoû 2010 9:01
par buggy
Nickel Rémy,
Bon maintenant j'aimerai quand même bien lire des racontars de ceux qui ont vécu le rallye dans l'autre sens. A ceux qui ont choisi de partir d'Auterive :"Racontez nous s'il vous plait..."

Re: Racontez-nous... ed 2010

MessagePosté: Ven 03 Sep 2010 14:28
par Rémy32
Bah oui, personne pour nous raconter le rallye par l'autre sens ??? :o